Mile de Noyers, bouteiller du Duc de Bourgogne


Les Mile de Noyers occupèrent pendant 140 ans la Bouteillerie de Bourgogne (1).

Mile de Noyers, cinquième du nom, qui avait déjà été investi de la charge de Bouteiller sous le Duc de Bourgogne Eudes III, fut confirmé dans cette charge honorifique par son fils, Hugues IV en 1229 (2), qui la rendit héréditaire. Après sa mort, tous les Mile (nombreux sont les Seigneurs de Noyers qui portèrent le nom de Mile !) qui suivirent furent Bouteillers de Bourgogne jusqu’à l’extinction de la lignée.

En 1296, Jean de Noyers, seigneur de Maisy et frère de Mile VII (donc oncle de Mile VIII), lui vend la Bouteillerie de Bourgogne à la demande du Duc Robert : « Nos Robers, duc de Borgoigne, façons scavoir à tous que pardevant nos establis Jehans de Noyers sire de Maisy, escuyers, hait recognheu par devant nos que il ai veudu a notre amé et feaul mon seigneur Mile, seignor de Noyers, notre botoillerie de Borgoigne por la some et por le pris nuef cens livres de tornois petis, de laquel some d’argent li dis Jehans se tint pour bien paies par devant nos… » (3).

Le Bouteiller faisait partie de la Curia Ducis, sorte de Conseil du Duc de Bourgogne, avec le Chancelier, le Connétable et le Chambrier (4). « Le Bouteiller ou premier échanson était tenu de servir en personne aux quatre fêtes annuelles, et lorsqu’on faisait présent au duc de vins précieux, les récipients appartenaient au bouteiller s’ils étaient en argent. C’était d’ailleurs la seule rétribution que le titulaire tirait de cette charge » (5) d’après Ernest Petit.
Il semblerait toutefois aujourd’hui que le Bouteiller ait eu un rôle plus large en étant une sorte de Ministre du Vin du Duc de Bourgogne, voire même un Ministre du Commerce.

On est en droit de se demander aujourd’hui si le Duc de Bourgogne aurait donné cette charge à un seigneur qui n’aurait eu ni vignoble ni vin ou du vin de piètre qualité…

EN 1296, la terre de Noyers cessa d’être indépendante et, moyennant finance, fut assujettie au Duc de Bourgogne Robert II par Mile VIII, en raison de dettes trop importantes. Mile VIII reconnut tenir du Duc en fief-lige la Bouteillerie de Bourgogne (6) et réalisa un dénombrement de la terre de Noyers dans lequel il reconnaît qu’il a pris en fief-lige du Duc le château, la ville, la terre de Noyers et tout ce qui en dépend. Dans ce (long) texte, sont recensées toutes les terres octroyées au Duc de Bourgogne : … » Item, de madame Agnès de Mélisy qui en tient quoi que elle a en la ville et au finaige de Noyers, et ce que Madame Alays, dame de Bierry, tient de ly en la d. ville de Noyers, excepté sa vigne de Froide-Fontaine. » (7).
Notons d’ailleurs au passage qu’il y a alors des vignes au lieu-dit « Fontaine-Froide » comme nous l’indiquions dans un précédent article.



Au cours d’une grande cérémonie à la Cour de Bourgogne, Mile est investi de ces nouvelles fonctions (8). En 1303, il est nommé Maréchal de France par Philippe-le-Bel, titre que lui otera son frère, Louis-le-Hutin, lorsqu’il montera sur le trône. Il devient également Grand Bouteiller de France mais ce titre n’était pas héréditaire contrairement au titre bourguignon. Sa descendance ne le portera donc plus.

Il était encore Bouteiller en 1312 lorque le Duc le nomma avec plusieurs autres parmi les exécuteurs de ses dernières volontés « mon chier cosin, mon amé et féal chevalier, monsignor Mile. signor de Noïers, mon boutoiller de Bourgoigne » (9).

Le Duc Eudes IV assura à Mile, avec la charge de Bouteiller, une pension de 400 livres à lui et à ses descendants
(10).

Archives départementales de la Côte d’Or, Recueil Peincedé, tome 9, p61,
Chambre des Comptes de Bourgogne – B12002 – 1773-1792

********************

(1) Ernest Petit, Bulletin de la Société des Sciences Historiques et Naturelles de l’Yonne, 1874, p231
(2) id., p134
(3) Archives départementales de la Côte d’Or, Titres de Noyers, B 10487 cité par Ernest Petit dans le Bulletin de la Société des Sciences Historiques et Naturelles de l’Yonne, 1874, p305
(4) Encyclopédie Larousse en ligne, édition 1971-1976, p2088
(5) Ernest Petit, Bulletin de la Société des Sciences Historiques et Naturelles de l’Yonne, 1874, p160
(6) Dom Urbain Plancher, Histoire générale et particulière de la Bourgogne, Tomes Deuxième, Antoine de Fay, imprimeur des Etats, de la Ville et de l’Université, 1741, p276
(7) Archives départementales de la Côte d’Or, Titres de Noyers, B10487 cité par Ernest Petit, Bulletin de la Société des Sciences Historiques et Naturelles de la Côte d’Or, 1874, p307
(8) Ernest Petit, Bulletin de la Société des Sciences Historiques et Naturelles de l’Yonne, 1874, p160
(9) Dom Urbain Plancher, Histoire générale et particulière de la Bourgogne, Tomes Deuxième, Antoine de Fay, imprimeur des Etats, de la Ville et de l’Université, 1741, p277 et Ernest Petit, Bulletin de la Société des Sciences Historiques et Naturelles de l’Yonne, 1874, p181
(10) Dom Urbain Plancher, Histoire générale et particulière de la Bourgogne, Tomes Deuxième, Antoine de Fay, imprimeur des Etats, de la Ville et de l’Université, 1741, p282