Noyers : des vignes et du vin depuis l’Antiquité


La villa de la Tête de Fer

 

On trouve la preuve de la présence de la vigne à Noyers (-sur-Serein) depuis l’Antiquité jusqu’à nos jours, preuves sur les cartes, dans les textes ou dans les comptes du Duché de Bourgogne puisque Noyers deviendra une châtellenie du Duc.

La villa de la Tête de Fer toute proche de Noyers en est une preuve. Fouillée de 1951 à 1964 par l’abbé Jean Duchâtel qui a laissé des cahiers de notes analysés notamment par Pierre Nouvel, aujourd’hui maître de conférences en Archéologie de la Gaule romaine à l’université de Franche-Comté, et Michel Kasprzyk, chercheur à l’INRAP.

Les fouilles de l’abbé Duchâtel ont permis la découverte d’un grand nombre de pépins de raisins (qui seraient aujourd’hui conservés au musée d’Avallon) qui indiquent avec certitude la présence d’une fosse (ou dépotoir) à moût et peut-être d’un pressoir dans le bâtiment XIV de la villa. Ce qui atteste de la présence d’une vigne au IIIème siècle de notre ère.

Cette villa était situé à moins de 2 km au sud, dans la vallée du Serein, entre Noyers et Grimault.

La région de Noyers présente un très grand nombre de ces établissements ruraux gallo-romains (près de 300), actifs au moins pendant les trois premiers siècles de notre ère, c’est ce que révèlent les campagnes de prospection aériennes et de nombreuses fouilles et sondages (mais seule la Tête de Fer a été fouillée de manière exhaustive).

On peut donc aisément imaginer que d’autres villas on exercé la viticulture à l’époque.

MM Nouvel et Kasprzyk* ont montré qu’il existait trois types d’établissements selon leur taille et que les plus gros, dont la Tête de Fer pendant un temps (qu’ils nomment ER3 ou « établissement rural de statut supérieur »), qui sont la plupart du temps ceux qui donneront naissance à des habitats médiévaux, étaient tous situés dans la vallée du Serein et non sur les plateaux calcaires parce qu’ils avaient ainsi à disposition différents types de sols, propices à des activités variées telles que l’élevage (en fond de vallée, terres lourdes), les cultures comme le blé (sur le plateau) et la viticulture, sur les coteaux (« talus viticole »).

 

* Pierre Nouvel avec la collaboration de Michel Kasprzyk et Bernard Poitout – De la ferme au palais. Les établissements ruraux antiques de Bourgogne du Nord, IIe-IVe siècles p. C. – Colloque AGER VIII – Toulouse 2007 – pp 361-389

 

photo pressoir (?) villa de la Tête de Fer près de Noyers © Fonds MCC-DRAC Bourgogne

La Tête de Fer – Site du Ministère de la Culture et de la Communication – version accessible

La Tête de Fer – Ministère de la Culture et de la Communication – version Flash